La boxe au cinéma : The Joe Louis Story (1953)

Commentaires (0)

La boxe au cinéma : The Joe Louis Story (1953)

The Joe Louis Story est un film biographique de Robert Gordon sorti aux États-Unis en 1953 quelques mois après le fin de la carrière du Brown Bomber, légende de la boxe mondiale aux 69 victoires, champion du monde poids lourds de 1937 à 1949.

Joe Louis est à l'écran interprété par un autre boxeur de la même catégorie, d'une douzaine d'années son cadet : Coley Wallace. Grand gabarit, le natif de Jacksonville en Floride a la particularité d'être un des rares à avoir pu se vanter d'avoir défait Rocky Marciano, en combat amateur puisque le « Rock de Brockton » est comme tout fan de boxe le sait resté invaincu en professionnels. C'était en 1948 lors de la finale des Golden Gloves de New York. Le film, au ton dramatique, traite d'une façon honnête des aspects sociaux et humains de l'histoire de Louis, et de son ascension du quartier pauvre de Black Bottom à Détroit jusqu'aux sommets de la gloire de la reconnaissance, avec toutes les difficultés de l'époque, celle de l'Amérique des années 1950 auxquelles il a dû faire face en tant que boxeur noir.

joe louis coley wallaceJoe Louis et Coley Wallace, le visage blessé et gonflé avec du maquillage, pendant le tournage du film au Madison Square Garden pour la reconstitution du combat face à Rocky Marciano du 26 octobre 1951.

Les scènes de boxe mêlent documentaire et fiction avec des images réelles des combats de Joe Louis et les prestations de Wallace qui incarne sérieusement le rôle du champion dont il a naturellement une allure quasi similaire. La ressemblance entre les deux boxeurs est d'ailleurs telle que Coley Wallace jouera une seconde fois Joe Louis au cinéma dans le Raging Bull de Martin Scorcese en 1980, dans lequel le Brown Bomber tombe sous les coups de Rocky Marciano au Madison Square Garden lors de son deuxième retour sur les rings en 1951, ce qui marquera la fin définitive de sa carrière.

Au final c'est un film sans grand budget et quelque peu confidentiel qui cible à l'époque principalement un public noir et de passionnés de boxe mais qui reste comme un des premiers biopics sportifs de l'histoire, sur celui qui est considéré comme un des meilleurs - si ce n'est le plus grand - boxeurs de tous les temps.