Joe Louis, le « Brown Bomber »

Commentaires (0)

Joe Louis, le « Brown Bomber »

Champion du monde poids lourds pendant 11 ans et 8 mois avec seulement 3 défaites en 72 combats, Joe Louis est un des plus grands boxeurs de l'histoire mais aussi une personnalité iconique en raison de ses célèbres combats à dimension politique dans les années 1930.

Né à LaFayette le 13 mai 1914 de parents aux origines européenne, afro-américaine et Indien Cherokee, Joseph Louis Barrow grandit sous les brimades de l'Amérique rurale en Alabama avant que sa famille ne s'installe à « Black Bottom », le ghetto noir aujourd'hui démoli de Détroit qui verra naître quelques décennies plus tard la Motown et d'où était aussi originaire Sugar Ray Robinson. Doté d'un gabarit imposant pour son âge, Joe tape dur dans le sac de frappe et s'exerce à la boxe en dehors de son gagne-pain à la chaîne d'assemblage de Ford jusqu'à devenir professionnel en 1934. Après une série de victoires par KO plus que convaincante, a lieu en 1935 un combat qui va changer le cours de sa carrière et le propulser au rang de star. Il rencontre au Yankee Stadium de New York Primo Carnera, le géant italien boxeur-catcheur aux faux airs de Richard Kiel, le « villain » de James Bond, mais aussi et surtout poulain du régime de Benito Mussolini. À l'approche de la Seconde Guerre mondiale, l'affrontement prend une dimension extra-sportive internationale. Louis s'impose par KO à la 6e reprise après des échanges violents de part et d'autre. La presse s'empare du phénomène, le « Brown Bomber » est né. Devenu candidat numéro 1 au titre de champion du monde poids lourds, Joe va défier le champion de la propagande du Troisième Reich, Max Schmeling, pour un nouveau combat symbolique entre les puissances du conflit mondial qui approche. D'une série de coups au corps et de crochets du gauche, l'Allemand envoie Louis au tapis, qui perd pour la première fois de sa carrière en pros, par KO. En attendant une revanche qui l'obsède, il s'empare à 23 ans du titre suprême le 22 juin 1937 au Comiskey Park de Chicago en battant son compatriote James J. Braddock, qui avait dû reporter son combat avec Schmeling. Le second duel contre le boxeur germanique se déroule un an jour pour jour après la conquête du titre face à Braddock, dans un Yankee Stadium chauffé à blanc et hostile à l'ancien champion du monde qui a pourtant désavoué publiquement la cause hitlérienne. Il faudra cette fois seulement 2 minutes au « Bombardier brun » pour vaincre Schmeling, qui deviendra plus tard un ami proche.

C'est au sommet que Joe Louis part servir sous les couleurs de l'Oncle Sam en tant que sergent pendant la Deuxième Guerre mondiale, en participant à une centaine de combats exhibitions pour soutenir le moral des troupes en Europe, accompagné du « Greatest » Sugar Ray Robinson. Puis il revient au pays défendre son titre à plusieurs reprises, jusqu'en 1950 et une défaite face à Ezzard Charles. Rocky Marciano lui infligera un troisième échec un an plus tard. Designé boxeur du siècle en 1981 après 57 victoires par KO en 72 combats, Mohammed Ali avouera que Louis a toujours été son idole. Il est comme Jesse Owens une icône sportive des années 1930 et reste encore à ce jour le plus long détenteur du titre de champion du monde poids lourds de l'histoire de la boxe.

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires