Carlisle Indians, les « Natives » qui ont révolutionné le jeu

Commentaires (0)

Carlisle Indians, les « Natives » qui ont révolutionné le jeu

Au début du vingtième siècle, une équipe de football américain universitaire a révolutionné le jeu. Une équipe un peu spéciale, les Carlisle Indians et son « all-American hero » intemporel le légendaire Jim Thorpe, qui a défrayé la chronique en 1912 en réalisant une saison presque parfaite et en humiliant celle des « Cadets » de l'armée de la célèbre académie militaire de West Point qui comptait alors dans ses rangs Dwight Eisenhower, le futur 34e président des États-Unis.

Carlisle est une petite ville de Pennsylvanie à environ 150 km au nord de Washington, réputée principalement pour son industrie du pneu aujourd'hui révolue. Plus confidentiellement, elle est aussi connue pour son « école indienne », la « Carlisle Indian Industrial School », un programme aujourd'hui controversé d'assimilation parfois par la force et la contrainte des vaincus amérindiens par les vainqueurs états-uniens, lancé en 1879 quelques années après la fin des guerres indiennes entre les colons européens et les nations natives des Amériques. Au programme, « l'américanisation » des pensionnaires passait d'un côté par l'arrachement aux familles, l'éradication des cultures autochtones avec entre autres le changement de noms et d'un autre par l'enseignement de celle des Blancs et l'adoption de leurs pratiques, notamment sportives. Ainsi naît en 1893 l'équipe des Indiens de Carlisle, dont les couleurs sont rouge, blanc et or, et qui évolue en première division du championnat NCAA. Une aventure qui va durer jusqu'en 1917.

carlisle indians football 1912

Quelques années plus tard au début des années 1900, Carlisle Indians était devenu l'équipe la plus en vue du football universitaire avec notamment l'utilisation de techniques de jeu inédites comme la passe vissée en avant ou la dissimulation du ballon, alors que Princeton, Yale ou Harvard, qui trustent à cette époque les titres de champion, pratiquent un jeu classique basé sur la force et l'organisation.

Au sommet de leur art, les Indians affrontent les Cadets de l'US Army le 9 novembre 1912. À ce moment de la saison, les joueurs coachés par Pop Warner enregistrent 10 victoires et 1 match nul et sont menés par le plus célèbre joueur alors présent sur le terrain, le grand Jim Thorpe, un athlète aux origines métissées européennes et amérindiennes né en 1888 dans dans la tribu Sauk et Fox en Oklahoma, également joueur de baseball et de basketball, médaillé d'or 4 mois plus tôt aux Jeux olympiques de Stockholm en pentathlon et décathlon. Une prouesse qui fit dire au roi de Suède Gustav V qu'il était le meilleur sportif au monde et qui le fait encore être considéré aujourd'hui par certains comme le plus grand athlète américain du vingtième siècle !

jim thorpe football

Dans le vestiaire, le coach Warner galvanise sa troupe en faisant appel à l'émotion et au sentiment de revanche :

« Vos pères et vos grands-pères ont combattu leurs pères. Ces hommes qui jouent contre vous aujourd'hui sont des soldats. Ce sont les Long Couteaux. Vous êtes les Indiens. Ce soir, nous allons savoir si vous êtes des guerriers. »

Les Cadets attendent le match et Jim Thorpe de pied ferme, avec un plan simple : éliminer d'entrée de jeu le leader indien. Une stratégie qui est vite mise en pratique dès les premières minutes de la rencontre par Eisenhower et un de ses équipiers qui se jettent brutalement sur lui. Un instant sonné, Thorpe se relève pour pour ensuite réaliser une performance hors normes avec entre autres exploits un touchdown de 97 yards qui le fait slalomer dans toute la défense adverse. Ce jour-là, avec leur jeu fait de passes, de ruses, de vitesse et de précision, les Indians infligent à l'armée une sévère défaite 6-27 dans leur fief de « The Plain » à West Point. Une humiliation pour les Cadets comme pour les spectateurs, et pour Dwight Eisenhower qui ne termine pas le match, blessé au genou. Une revanche pour Thorpe et les siens dépossédés de leurs terres natales. 3 ans après le décès de l'emblématique chef appache Geronimo, comme un hommage.

De cette époque date l'introduction de nouvelles techniques unanimenent adoptées par toutes les équipes, et de règles prohibant certains de leurs « tricks », destinées à encadrer les innovations des Indians, qui était alors probablement la meilleure équipe de football des États-Unis, et qui seraient désormais à jamais une équipe mythique.

jim thorpe carlisle indians